Le Foutoir à Greg

For now I realise: everyone of us has a heaven inside

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Panneau latéral

À propos

Dans mon foutoir

—–

Si vous aimez ce que vous lisez sur ce site, vous pouvez m'offrir un café ! J'ai fait le choix de ne pas y placer de publicités.


Partage des contenus

Sur Twitter

Infos techniques

fort:livremiracles

Le Livre des Miracles (16e siècle), lointain précurseur au Livre des Damnés

En 1919, avec son Livre des Damnés, Charles Fort compile des dizaines d'anecdotes étranges et de témoignages bizarres, tirés de revues savantes des siècles passés, auxquels il tente, avec un humour corrosif et une poésie sauvage, de trouver des explications plus ou moins farfelues.

Ne pas s'y tromper, Fort n'est pas naïf et sait très bien que ses tentatives d'explications sont plus des conjectures qu'autre chose, mais c'est à la prétention de la “Science Dogmatique” à décrire le réel et ses frontières qu'il veut ainsi s'en prendre. Il lui lance des tartes à la crème au visage, il entarte les mondains de la Science.

Ce faisant, il n'est pas loin de fabriquer une réalité alternative, où les étoiles sont autre chose que des étoiles, où les loups-garous peuvent “exister-pasexister”, où des vaisseaux célestes viendraient “nous pêcher” (nous sommes en 1919, 40 ans avant que les histoires d'abduction extraterrestre soient popularisées) et où les grenouilles tomberaient sur Terre depuis une île originaire flottant tout là haut dans le ciel.

Mais en compilant ainsi phénomènes célestes incompréhensibles et bizarreries incongrues de la nature, Fort s'inscrit aussi dans un genre particulier, qui pré-existait à son Livre des Damnés : les livres de prodiges, ou de merveilles, manuscrits populaires qui circulaient dans l'Europe du Moyen Âge et de la Renaissance, et dont il nous reste peu d'exemples de nos jours.

En 2007, un de ces livres est redécouvert, un “livre des miracles”, qui daterait du milieu du 16e siècle, fabriqué en Allemagne, dans la ville de Augsburg. Le livre évoque d'abord l'arche de Noé et se termine avec des illustrations de l'Apocalypse, il emprunte donc à la Bible comme source première et finale de “merveilles”. Entre ces deux événements sont répertoriés toutes sortes de visions célestes et de phénomènes incroyables, chacun d'entre eux étant illustré, daté et résumé en quelques lignes. À travers ces recensions, l'intention semble être de montrer que la multiplication des prodiges annonce une fin des temps très prochaine. L'intention n'est absolument pas celle de Charles Fort au début du 20e siècle. Fort n'annonce pas la fin du monde, il annonce la fin de la Science Dogmatique. Et, à travers ses propres spéculations, formulées moitié pour rire moitié pour envisager autre chose, la découverte d'un monde plus fascinant et bizarre que celui que nous décrit la science quand elle est trop sûre d'elle-même.

Les prodiges illustrés dans le Livre des Miracles sont notamment : des nuées d'insectes, des bolides célestes nocturnes avec leurs traînes, un tronc d'arbre enflammé volant, des boules lumineuses diurnes apparaissant pendant le siège d'une ville, une bataille céleste entre un géant rouge et des chevaliers noirs, plusieurs soleils en même temps organisés de manière géométrique, un cavalier dans les nuages montant sur son cheval, la prodigieuse histoire d'une femme ayant survécu plusieurs années sans se nourrir, un dragon sorti des eaux en même temps qu'une pluie de pierres brûlantes s'abat sur terre, etc.

L'intérêt principal de ce Livre des Miracles tient évidemment dans ses illustrations, étonnamment modernes. Dans certaines, la ligne d'horizon de la ville ressemble furieusement à nos métropoles modernes, ou bien à des champs de puits de pétrole ? Les comètes sont détaillées et ouvragées au point de ressembler à des nefs célestes, l'aspect fantastique de certaines illustrations n'a rien à envier à des œuvres plus récentes. On pense à certains artistes surréalistes par exemple, mais aussi aux œuvres de Terry Gilliam pour les Monty Pythons !

Un article du Telegraph en 2013 à propos de la découverte du livre, cite plusieurs légendes traduites en anglais : “In the year 1553 a horse in the air was seen in Bohemia, and a horseman“, “plagues of locusts, Lombardy, 1483, which was followed by a “great dying” of 50,000 people in the region”, “A comet that blazed through the sky over Germany and Italy in 1007”, …

Voici toutes les illustrations de ce Livre des Miracles que j'ai pu glaner sur le Net…

Linkbacks

Utiliser l'URL pour envoyer des trackbacks manuellement:http://www.gregorygutierez.com/lib/plugins/linkback/exe/trackback.php/fort:livremiracles
fort/livremiracles.txt · Dernière modification: 2016/03/12 13:00 par Grégory Gutierez