Le Foutoir à Greg

For now I realise: everyone of us has a heaven inside

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Panneau latéral

À propos

Dans mon foutoir

—–

Si vous aimez ce que vous lisez sur ce site, vous pouvez m'offrir un café ! J'ai fait le choix de ne pas y placer de publicités.


Partage des contenus

Sur Twitter

Infos techniques

guitares:mij-sv300

Guitare Country SV300 fin des années 1970 - Matsumoku ou Kasuga ?

Voilà une bien mystérieuse guitare, dont l'origine est difficile à déterminer avec exactitude.

Guitare "Country" de l'atelier Matsumoku ou Kasuga, Japon

C'est sûr, elle vient de l'Empire du Soleil Levant

Je l'ai échangée en décembre 2012 contre une “re-issue” récente de Danelectro Pro. L'ancien propriétaire se souvenait l'avoir récupérée il y a quelques années d'un de ses amis, qui l'aurait achetée en 1977 dans une boutique sur Rennes.

A première vue, cette guitare semble tout droit sortie du célèbre atelier Matsumoku au Japon, qui a réalisé quelques magnifiques instruments entre la fin des années 1970 et le milieu des années 1980. Le corps en finition naturelle, la partie centrale qui laisse penser qu'il s'agit d'un manche traversant (alors qu'en fait le manche est vissé), la forme de la tête en “patte de canard”, le chevalet, les deux micros de type humbucker blancs… Tout un tas de détails laissent penser qu'il s'agit d'un modèle assez ancien de guitare Vantage ou Electra (deux marques utilisées par l'atelier Matsumoku à l'époque).

Mais comme souvent avec ces guitares de l'âge d'or des luthiers japonais, c'est plus compliqué que ça… Et pour parfaire le portrait, il n'y a aucun numéro de série ni aucun nom de modèle sur l'instrument. La seule indication, à première vue, c'est la marque “Country” incrustée sur la tête (incrustée et pas collée : généralement, signe de qualité), et bien entendu ces deux échancrures si particulières sur le corps, que, personnellement, je n'ai jamais vues nulle part ailleurs…

Au démontage et nettoyage, un deuxième indice en examinant le manche : sur le talon, est écrit au marqueur “SV 300”. Serait-ce le nom du modèle ? ou bien simplement un code utilisé dans l'atelier où étaient stockés les manches du même type ? Hélas, après un bon mois de recherches sur le web, impossible de retrouver une guitare identifiée “Country SV 300”.

Guitare "Country" SV300 (Matsumoku ? Kasuga ?) Guitare Country, de dos (Matsumoku ou Kasuga ?) Guitare Country, détail  (Matsumoku ou Kasuga ?) micro humbucker TWB 20

Ma petite web-enquête

Difficile aussi de trouver des informations pertinentes sur les guitares “Country” puisque c'est aussi le nom d'un genre musical bien connu ! Mais à force de persévérance, j'ai tout de même fini par trouver quelques indices.

A côté de la célèbre usine Matsumoku, qui était installée dans la ville de Matsumoto près de Nagano, existaient plusieurs ateliers de lutherie plus modestes, et plus ou moins réputés, l'un d'eux était l'atelier Kasuga Musical Instruments ou Kasuga Gakki en bon japonais (“gakki” = “instrument de musique”). Cet atelier est moins connu, on trouve d'ailleurs moins facilement d'informations à son sujet. Kasuga était installé dans la ville de Nagoya et il semble bien que cet atelier était sollicité par des marques japonaises célèbres de l'époque, notamment Tokai, pour assurer la réalisation de leurs instruments quand leurs fournisseurs habituels (Matsumoku en particulier) n'arrivait plus à tenir le rythme de production. A côté de cette activité, Kasuga a aussi réalisé ses propres guitares sous diverses marques comme Heerby, Ganson ou encore… “K Country” !

J'ai cherché de l'aide du côté des amateurs de guitares japonaises sur plusieurs forums, deux fils de discussion sur le forum de Mastumoku Guitars (ici et ), un fil de discussion sur The Westone Forum, un autre sur le forum IbanezCollectors.com, un fil sur GuitarsMadeInJapan.fr et enfin une contribution sur ce fil du forum de Guitariste.com. (Ouf !).

De toutes ces recherches et discussions, il apparaît finalement que :

  1. cette Country “SV 300” (à défaut d'un autre nom…) est équipée d'un chevalet qui ressemble diablement à ceux utilisés dans les premières guitares Matsumoku, notamment les premières Electra. C'est d'ailleurs un chevalet assez moyen, à cause de ses pontets cylindriques (peu de surface pour unir les 6 pontets entre eux et donc pour garantir une bonne solidité de l'ensemble)… Mais ces chevalets pouvaient aussi être utilisés par d'autres ateliers ? ;
  2. Le manche est réalisé en un seul morceau de bois, alors que les Matsumoku utilisaient en général 3 morceaux collés ensemble, pour garantir une meilleur intégrité de l'ensemble et plus de résistance aux variations de température. Mais ce n'est pas vrai de toutes les guitares Matsumoku, les premières avaient des manches en un seul tenant…
  3. La plaque arrière qui visse le manche indique uniquement “Made in Japan”, mention utilisée par Matsumoku… mais aussi par d'autres ateliers japonais de l'époque ;
  4. Les deux micros, de type humbucker et d'excellente qualité, sont des TWB 20, copies japonaises des fameux DiMarzio Super Distortion, qui équipaient notamment des Tokai de l'époque (marque qui faisait appel à l'atelier Kasuga…). Je n'ai jamais rencontré de guitare Matsumoku équipée de TWB 20.
  5. Il y a de temps à autre des guitares “Country” japonaises en vente sur des sites de petites annonces, parfois associées à Kasuga, mais parfois aussi… à Matsumoku !

Une chose est certaine en tout cas, parmi les quelques exemples de guitares électriques Kasuga qu'on trouve sur le Net, certaines ont des formes de corps assez originales, comme celle-ci par exemple, propriété d'un guitariste amateur français (à gauche), Ou encore cette autre (à droite), vendue comme une Kasuga de marque Country :

A chaque fois, le chevalet semble être identique à celui de ma “SV 300”… En cherchant bien, on trouve quelques exemples de catalogues de guitares Kasuga sur le Net, mais aucun ne montre de guitare similaire à la mienne, bien que la gamme des Kasuga Scorpion suggère un effort d'originalité dans le profil de l'instrument qui prouve que les designers de Kasuga pouvaient avoir une certaine audace en la matière (en fait il s'agirait d'une simple copie de guitares américaines Alambic de l'époque !).

Et d'ailleurs ces Kasuga Scorpion ont quelques similarités avec la SV 300 : le cache d'accès blanc au truss rod, la “poutre” centrale, les micros humbucker blancs (des TWB 20 ?), la forme et la couleur des boutons de volume/tonalité, le positionnement et la couleur du sélecteur de micros, la nomenclature des Scorpion (SC-nnn) qui rappelle un peu le “SV-300”… (Une Kasuga Scorpion est décortiquée sur cette page.)

Conclusion tout à fait provisoire

Bon… Quoi qu'il en soit, cette mystérieuse “SV 300” est une excellente guitare. Je possède plusieurs modèles de guitares Matsumoku et celle-ci tient tout à fait la comparaison avec le haut de gamme du célèbre atelier. Si ce n'est le chevalet, que j'ai rapidement remplacé par un autre plus fiable, la guitare respire le travail propre et maîtrisé. Le manche est impeccable après toutes ces années, le corps est lourd et bien travaillé, et ces micros sont excellents de clarté et de puissance. Le sustain de l'instrument est d'ailleurs plutôt impressionnant, même avec le chevalet d'origine.

Le petit switch entre les boutons de volume et de tonalité permet de “splitter” le micro manche, c'est-à-dire de le faire passer de humbucker (les deux circuits ensemble, à la manière des Gibson), à single coil (un seul circuit, comme les Fender Stratocaster). Curieusement, il ne splitte pas le micro chevalet, alors qu'en général ce genre de switch splitte les deux micros, mais j'ai bien l'impression qu'il s'agit du circuit électrique d'origine et que personne n'a modifié le câblage en cours de route.

Au niveau des bois utilisés, la partie centrale du corps serait de l'érable, le reste étant de l'acajou ou peut-être bien du bubinga, “l'acajou d'afrique”, un bois exotique et rare qu'il est aujourd'hui interdit d'utiliser si j'en crois cet intéressant "guide hérétique de la lutherie" (en anglais). Le manche est en érable avec une touche en palissandre indien (merci au luthier Romuald Provost pour ces précisions).

Update (20 janvier 2013) : j'ai posté une annonce sur le site Guitar Porn dans l'espoir d'obtenir des informations supplémentaires. Le site Guitar Blog a bien voulu aussi publier mon annonce :)

Conclusion plus du tout provisoire

Grâce au luthier français Kamel Chenaouy (son forum de luthiers est super intéressant), je crois enfin avoir réussi à déterminer l'origine de cette guitare. Kamel travaillait dans les années 1970 avec des fabriquants japonais, il se souvient que la marque “Country” était importée en France pour la marque “Gamme”, et fabriquée par Matsumoku. Il s'agit donc bien d'une Matsumoku et non d'une Kasuga ! La mention SV serait tout simplement “Série Vantage” ou “Series Vantage”, bref un anagramme de Vantage Series. Plusieurs boutiques françaises importaient des guitares fabriquées au Japon sous différentes marques : Dangelica, El Degas, Mountain, Quincampoix, Apex et Nashville (ces deux dernières marques créées par Kamal Chenaouy), etc.

Et ça sonne comment alors ?

Voici un petit test en sons clairs, uniquement sur le micro manche, celui qui est affecté par le mini-switch, qui s'est révélé être en fait un inverseur de phase, mais qui agit sur les deux bobines du micro manche (on a plutôt l'habitude de voir des inversions de phase en position intermédiaire, c'est-à-dire quand les deux micros sont actifs).

Le chevalet d'origine…Et le nouveau chevalet, plus stable.
guitare Country SV300 Made in Japan (Kasuga ou Matsumoku)
La Country SV 300 nettoyée, réglée, avec le nouveau chevalet, des strap locks Fender et une sangle vintage :)

D'autres guitares Country (update septembre 2016)

Des lecteurs de cet article m'ont envoyé des photos de leurs guitares de marque Country, merci à eux ! Voici leurs photos et quelques précisions !

La Country de David, façon Les Paul

J'ai une photo de son état “d'origine” du moins son état quand je l'ai acheté (pour la modique somme de 70€), il s'agit de la photo dans l'herbe avec les deux humbuckers dorés. Le micro bridge était mort, ou du moins était très faiblard. Les photos avec les micros sans cover sont celle d'aujourd'hui avec ses micros Custom 77 splitables dont je n'arrive pas à me souvenir du nom.

Bref corps acajou table en érable, elle est creuse (chambered), mécaniques sûrement d'origine avec un symbole que je n'ai su déchiffré gravé dessus (voir photos), elle tient très bien l’accordage. Petite anecdote, quand je l'ai reçue le switch de position était inversé, treble en haut et rhythm en bas (peu être l'ancien propriétaire), j'ai encore les micros d'origine chez moi, aucune indication dessus. La seule indication sur sa provenance est le Made in Japan gravé sous le chevalet. Concernant le pickguard, je l'ai reçu sans mais les trous sont bien présents, par contre ce n'est pas aux standards Gibson. Sur les dernières photos l'attache sangle n'est pas présent car la vis ne tient plus.

La Country de Yann, façon Aria Pro 2 TS-600

Ci-joint 5 photos tel que je l’ai récupérée. Hormis l’électronique à refaire, tout y est. Je suis d’accord avec vous quand vous dites que les chevalets installés ne sont pas d’une grande qualité, Mais j’ai lu sur la toile qu’il pourrait être en bronze, comme le sillet de tête… Depuis hier, j’ai avancé sur le câblage d’origine. Certains modèles étaient pourvus de mini-switch pour splitter les hambuckers TB20, mais il y avait un sélecteur 3 positions. Dans mon cas, pas de sélecteur 3 positions. Je pense qu’il y avait 2 mini-switch DPDT on/off/off, soit hambucker/off/split coil, pour les 2 hambuckers. Dans cette configuration, plus besoin de sélecteur 3 positions. J’ai vu presque le même modèle sur internet, sauf la tête (vu sur internet.jpg). Question potentiomètres, je dirai 2 volumes et 1 tonalité. Pour la lutherie et le bois utilisé, je sèche. La guitare n’est pas très lourde mais reste équilibrée. Le veinage prononcé de la table me fait penser à du chêne ! On a bien un manche traversant, sur les mécaniques on lit « IS ». Pas d’autres indices. Le manche est resté droit, la lutherie est très honnête. Hormis le fait qu’elle ait été fabriquée entre 1970 et 1980, je n’ai pas d’autres indices.


Linkbacks

Utiliser l'URL pour envoyer des trackbacks manuellement:http://www.gregorygutierez.com/lib/plugins/linkback/exe/trackback.php/guitares:mij-sv300
guitares/mij-sv300.txt · Dernière modification: 2016/09/25 09:42 par Grégory Gutierez