Le Foutoir à Greg

For now I realise: everyone of us has a heaven inside

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Panneau latéral

À propos

Dans mon foutoir

—–

Si vous aimez ce que vous lisez sur ce site, vous pouvez m'offrir un café ! J'ai fait le choix de ne pas y placer de publicités.


Partage des contenus

Sur Twitter

Infos techniques

ovni:temoignage_de_bessie_brazel_roswell

Les souvenirs de la fille de Mack Brazel : un témoin bien gênant... (Roswell)

(Article publié sur mon site Roswell-fr.org en juillet 2003.)

Le témoignage de la fille de Mack Brazel, Bessie Brazel, milite en faveur de l'hypothèse Mogul. Mais selon certains auteurs, d'autres témoins affirment qu'elle n'était pas auprès de son père le jour où celui-ci découvrit le champ de débris… Voyons cela d'un peu plus près.

Résumons les arguments en faveur de Bessie :

- d'après son père, elle était présente avec lui lors de la récupération des débris le 4 juillet (papier du Roswell Daily Record en date du 9 juillet 1947)

- quand on compare ses déclarations en 1979 (William Moore) et en 1993 (Karl Pflock), on se rend compte qu'elle décrit à chaque fois le même genre de débris (qui coïncident avec les appareillages d'un train de ballon Mogul), et cela contrairement à ce qu'ont proclamé certains auteurs en confrontant seulement une ou deux phrases tirées de ses 2 témoignages pour tenter d'y déceler une incohérence interne qui n'existe pourtant pas.

Bruce Hutchinson (auteur sceptique sur Roswell) remarque d'ailleurs avec ironie, sur la liste UFO Updates, que c'est sans doute l'un des seuls témoins dont le contenu du récit n'a pas radicalement changé au fil des années. Mais pour certains auteurs, le témoignage de Bessie est fragile, notamment parce qu'il serait démenti par ceux des voisins des Brazel. Les voisins en question sont les Stricklands et les Proctors, d'après la page The Problem with Bessie du site de Bruce Hutchinson.

Hutchinson prétend que ni les Stricklands, ni les Proctors ne se seraient rendus sur le champ de débris. Ils n'étaient donc pas avec Mac Brazel, donc rien ne permet de les croire lorsqu'ils disent que Mac Brazel y était allé sans sa fille Bessie. Ca parait tout à fait logique, mais il vaut mieux vérifier cette affirmation de Hutchinson. Voyons donc ce que le Net peut nous apprendre sur les Proctor, les Stricklands, et ce qu'ils disent à propos de Bessie Brazel…

Le témoignage des Proctor

Sur un site, je lis que “Dee” Proctor, agé à l'époque de 7 ans à peine, se serait rendu sur le champ de débris avec Mack Brazel. Sur le chemin du retour, Mack Brazel aurait déposé le petit Dee chez lui, et aurait ainsi montré certains des débris à Floyd et Loretta Proctor, les parents (voir ici) En fait, si on fait une recherche sur Google, on s'aperçoit que cette histoire est répétée telle quelle dans pas mal de sites web sur les ovnis, mais sans jamais indiquer de référence.

Sur le site de David Rudiak (un auteur pro-Roswell), on trouve l'affidavit de la déposition de Loretta Proctor. Tiens, c'est Karl Pflock qui a recueilli ce témoignage, pour son essai “Roswell in perspective” paru en 1994 (encore un de ces satanés sceptiques qui ne foutent jamais rien et critiquent aveuglement le dossier, entre deux grossiéretés, sans rien y connaître. Mais passons…)

Dans la déclaration de Loretta Proctor, aucune mention des personnes susceptibles d'avoir accompagné Mac Brazel. Elle parle juste de Mac Brazel venu leur montrer certains débris. D'ailleurs elle mentionne des baguettes légères, comme faites en bois, mais qui furent impossibles à brûler ou à couper, donc, c'est sous-entendu, d'origine exotique (lire : extraterrestre). Etonnant !

Sur le site du NICAP, on retrouve les Proctor. Il y est simplement redit que Timothy D. Proctor, le fils, “trouva le site du crash avec Mac Brazel” (ah ? pourtant Mac Brazel lui-même ne le mentionne pas dans son entretien du Roswell Daily Record du 9 juillet…).

Changement de ton sur le site du CSICOP, la fameuse association américaine sceptique, dans une page consacrée à Roswell et signée par Kal Korff (un ufologue tendance sceptique, qui a notamment enquêté sur Bill Meyer, le fameux contacté suisse). On y apprend que Loretta Proctor aurait plusieurs fois changé son histoire. D'abord, elle n'avait rien vu, ensuite, elle aurait elle-même tenté de casser et de brûler ces fameuses tiges de bois sans y arriver. Sa deuxième histoire daterait d'après la mort de son mari, lequel aurait toujours dit n'avoir jamais vu aucun débris. Malheureusement, Korff ne donne pas les détails des déclarations de Loretta Proctor…

Mais on trouve du nouveau dans les précieuses archives de la liste UFO Updates 1).

Bruce Hutchinson répond à un e-mail de David Rudiak, en mars 2002, et cite Loretta Proctor qui affirme qu'elle avait appris à Mack Brazel qu'il y avait toujours une prime pour la récupération d'un “flying disc”, ce qui incita Mac Brazel à faire le voyage jusqu'à Roswell pour annoncer sa découverte. Donc, si on croit au témoignage de Loretta, Mac Brazel savait bien qu'il y avait une prime, motivation non négligeable pour prévenir les autorités.

Hutchinson mentionne aussi que Loretta et Floyd Proctor avaient déclaré à William Moore qu'ils n'avaient vu aucun débris (donc, certainement, ce témoignage date de 1979 ou 80. Et cela rejoint l'affirmation de Kal Korff sur le site du CSICOP).

Ce n'est qu'après la mort de Floyd que Loretta se serait mise à raconter qu'elle avait vu des débris aux propriétés étranges. Mais comme le souligne Hutchinson, elle ne prétend pas elle-même être allée sur la propriété des Brazel, donc comment pouvait-elle savoir si Bessie y était ou pas ?

Résumons donc ce que nous savons sur Loretta Proctor : vers 1980, devant Bill Moore, elle affirme n'avoir vu aucun débris. Par la suite, après la mort de son mari, devant Karl Pflock, elle affirme qu'au contraire elle a vu les débris et qu'ils avaient de curieuses propriétés. C'est là aussi qu'elle raconte qu'elle croise plus tard Mack Brazel “escorté” par des militaires (avant son entretien avec le Roswell Daily Record du 9 juillet).

Passons sur la fiabilité de ce témoin qui raconte deux histoires différentes en 1980 et 1993. Reste qu'en tout cas, dans aucun de ces témoignages, elle ne prétend s'être rendu dans la propriété des Brazel. Donc elle ne pouvait pas savoir si Bessie Brazel était là ou pas. Exit donc les Proctor me semble-t-il… (à moins de se raccrocher au témoignage du petit Thimoty… 7 ans à l'époque !)

Le témoignage des Stricklands

Un papier de Stanton Friedman publié en juillet 97 sur UFO Updates, en réaction au fameux article de Kent Jeffrey contre Roswell, fait brièvement allusion aux Stricklands, mais sans qu'aucun détail de soit donné.

En mai 97, toujours sur UFO Updates, David Rudiak se plaint du fait que les détracteurs de Jesse Marcel ne parlent jamais des autres témoins, et il cite entre autres ces fameux Stricklands. Mais là encore, aucune info précise sur leur témoignage.

Sur le site du NICAP, on parle rapidement de Lyman Strickland, en compagnie de Floyd Proctor. Ils auraient croisé Mack Brazel escorté par des militaires et faignant de ne pas le reconnaitre, le matin du 9 juillet : “In Roswell Floyd Proctor and Lyman Strickland see Mac Brazel under escort by three military officers. He ignores both of them, something that he wouldn't have done under normal circumstances.”

La même anecdote est reprise sur le site du “Roswell UFO Museum”. Mais là Lyman Strickland n'est plus en compagnie de Floyd Proctor mais d'un certain Whalt Whitmore. Toujours pas de source citée :(

Dans un des sites déjà visités (vers le milieu de la page), on parle des Stricklands : Marian Strickland fut interrogée en 1990 (par qui ? Ce n'est malheureusement pas indiqué…). Dans la citation reprise, elle affirme qu'on avait intimé à Mack Brasel l'ordre de se taire, de ne rien dire sur l'affaire, sinon, il pourrait être envoyé en prison.

Cette partie de la citation est d'ailleurs un peu ambiguë : “He was threatened that if he opened his mouth, he might get thrown in the back side of the jail. He gave that impression, definitely.” La première phrase dit à peu près : “Il fut menacé d'être envoyé en prison s'il ouvrait la bouche.” Mais la deuxième phrase précise : “Il donnait vraiment cette impression, c'est certain.” Donc, ce n'est pas très clair : est-ce que Miriam Strickland affirme que Mack Brazel LUI-MEME lui aurait dit qu'il était menacé, ou est-ce qu'elle dit qu'IL DONNAIT L'IMPRESSION qu'il agissait comme s'il était menacé ?

1)
à l'époque de la rédaction de cet article, les archives de la liste de discussion UFO Updates étaient librement consultables
ovni/temoignage_de_bessie_brazel_roswell.txt · Dernière modification: 2015/11/30 21:58 (modification externe)