Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Prochaine révision
Révision précédente
divers:eluedudragon [2017/12/04 23:29]
Grégory Gutierez créée
divers:eluedudragon [2017/12/05 00:11] (Version actuelle)
Grégory Gutierez
Ligne 1: Ligne 1:
-====== L'élue du Dragon, roman anti-maçonnique de 1929 ======+====== De L'élue du Dragon, roman anti-maçonnique de 1929, à la grippe aviaire "fabriquée par les Illuminatis" en 2009 ======
  
-On connaît bien l'incroyable histoire de Léo Taxil, à la fin du XIXème siècle. Athée anti-clérical et franc-maçon turbulent, il avait réussi à rouler dans la farine les plus prestigieux représentants de l'église catholique, en publiant les récits fantastiques d'une certaine Diana Vaughan, grande prêtresse des obédiences maçonniques (le "Palladisme") et découvrant avec effroi que le Diable lui-même dirigeait la secte hérétique, dont le but était ni plus ni moins que de détruire la religion et ses institutions, et de précipiter ainsi le monde au bord du gouffre. Les aventures de Diana Vaughan étaient fort peu réalistes et versaient volontiers dans le macabre d'opérette et le fantastique de pacotille. On peut d'ailleurs se demander jusqu'à quel point Léo Taxil n'a pas lui-même desservi la cause qu'il entendait défendre, la légende de Diana ayant largement aidé à diffuser l'idée populaire selon laquelle il se trame des diableries, et à l'échelle internationale en plus, dans le secret des loges maçonniques.+{{:divers:eluedudragoncouv.jpg?300 |}}On connaît bien l'incroyable histoire de Léo Taxil, à la fin du XIXème siècle. Athée anti-clérical et franc-maçon turbulent, il avait réussi à rouler dans la farine les plus prestigieux représentants de l'église catholique, en publiant les récits fantastiques d'une certaine Diana Vaughan, grande prêtresse des obédiences maçonniques (le "Palladisme") et découvrant avec effroi que le Diable lui-même dirigeait la secte hérétique, dont le but était ni plus ni moins que de détruire la religion et ses institutions, et de précipiter ainsi le monde au bord du gouffre. Les aventures de Diana Vaughan étaient fort peu réalistes et versaient volontiers dans le macabre d'opérette et le fantastique de pacotille. On peut d'ailleurs se demander jusqu'à quel point Léo Taxil n'a pas lui-même desservi la cause qu'il entendait défendre, la légende de Diana ayant largement aidé à diffuser l'idée populaire selon laquelle il se trame des diableries, et à l'échelle internationale en plus, dans le secret des loges maçonniques.
  
 L'élue du Dragon, roman anonyme publié en 1929, déroule à son tour le même fil mythique. Fortement inspiré par les aventures de sa devancière, c'est ici une certaine Clotilde Bersone qui nous conte ses mésaventures. Jeune fille bien sous tous rapports, quoi que née dans un milieu républicain dans lequel la religion ne jouait aucun rôle, elle découvre lors d'un voyage en Turquie, à Istanbul, que son cher papa est devenu maçon. Curieuse, trop curieuse, elle visite un soir, en catimini, la loge dans laquelle il participe à de mystérieuses réunions... auxquelles on n'hésite pas à le convoquer à tout moment, par des séries de coups dans les murs, ordres impérieux auxquels il ne saurait être question de se soustraire. Lors de sa visite nocturne, elle découvre une statue du Dragon : une hydre à corps de lion, à queue de serpent, aux pattes griffues, et dotée de pas moins de sept têtes. C'est la Bête qu'adorent les frères de "la Secte"... Et plus bas, en s'égarant dans les sous-sols, l'horreur : après la salle humide, où se pratiquent festins et orgies, Clotilde découvre des "cachots de Torture" où l'on assassine de pauvres victimes ! Le décor est ainsi planté très rapidement, presque aussi rapidement que les lames des couteaux que les Adeptes n'hésiteront pas, on l'apprendra vite, à utiliser pour se débarrasser de leurs ennemis. L'élue du Dragon, roman anonyme publié en 1929, déroule à son tour le même fil mythique. Fortement inspiré par les aventures de sa devancière, c'est ici une certaine Clotilde Bersone qui nous conte ses mésaventures. Jeune fille bien sous tous rapports, quoi que née dans un milieu républicain dans lequel la religion ne jouait aucun rôle, elle découvre lors d'un voyage en Turquie, à Istanbul, que son cher papa est devenu maçon. Curieuse, trop curieuse, elle visite un soir, en catimini, la loge dans laquelle il participe à de mystérieuses réunions... auxquelles on n'hésite pas à le convoquer à tout moment, par des séries de coups dans les murs, ordres impérieux auxquels il ne saurait être question de se soustraire. Lors de sa visite nocturne, elle découvre une statue du Dragon : une hydre à corps de lion, à queue de serpent, aux pattes griffues, et dotée de pas moins de sept têtes. C'est la Bête qu'adorent les frères de "la Secte"... Et plus bas, en s'égarant dans les sous-sols, l'horreur : après la salle humide, où se pratiquent festins et orgies, Clotilde découvre des "cachots de Torture" où l'on assassine de pauvres victimes ! Le décor est ainsi planté très rapidement, presque aussi rapidement que les lames des couteaux que les Adeptes n'hésiteront pas, on l'apprendra vite, à utiliser pour se débarrasser de leurs ennemis.
Ligne 7: Ligne 7:
 Mais la courageuse Clotilde ne s'en laisse pas compter et accepte la requête de son père qui lui propose de transmettre des plis diplomatiques à des frères d'autres pays. Une jeune femme si charmante... C'est ainsi que, rapidement, Clotilde pénètre les arcanes des obédiences européennes, lesquelles sont dirigées, en toute discrétion bien sûr, par des membres influents des divers gouvernements, des "Illuminés" (le terme est ainsi utilisé, avec sa majuscule, à de nombreuses reprises). Elle sera vite initiée, d'abord au grade d'Affiliée, puis à celui d'Initiée, là où commencent les choses sérieuses. A titre d'exemple, lors de sa première initiation, elle devra plonger un poignard dans le cœur d'un homme enfermé dans un costume grimant grossièrement les attributs du Pape, autorité spirituelle des Catholiques. On lui apprendra plus tard que sa victime était un haut dignitaire de la Secte, qui avait eu l'outrecuidance de désobéir à un ordre qu'on lui avait donné. Mais la courageuse Clotilde ne s'en laisse pas compter et accepte la requête de son père qui lui propose de transmettre des plis diplomatiques à des frères d'autres pays. Une jeune femme si charmante... C'est ainsi que, rapidement, Clotilde pénètre les arcanes des obédiences européennes, lesquelles sont dirigées, en toute discrétion bien sûr, par des membres influents des divers gouvernements, des "Illuminés" (le terme est ainsi utilisé, avec sa majuscule, à de nombreuses reprises). Elle sera vite initiée, d'abord au grade d'Affiliée, puis à celui d'Initiée, là où commencent les choses sérieuses. A titre d'exemple, lors de sa première initiation, elle devra plonger un poignard dans le cœur d'un homme enfermé dans un costume grimant grossièrement les attributs du Pape, autorité spirituelle des Catholiques. On lui apprendra plus tard que sa victime était un haut dignitaire de la Secte, qui avait eu l'outrecuidance de désobéir à un ordre qu'on lui avait donné.
  
-Commencent alors quelques mois de travail en coulisses, auprès des grands de ce monde, afin de faciliter l'emprise de la Secte sur le monde moderne. En véritable espionne et assassin professionnel, et sous diverses identités, Clotilde parcourt l'Europe, rencontre les futurs chefs d'États, mène des hommes à la ruine ou dans son lit, et en tue même quelques uns. Elle entretiendra par exemple une liaison (une parmi d'autres, car les mœurs dans ce milieu sont particulièrement dévoyées, c'est bien connu) avec nul autre que James A. Garfield, le futur président des États-Unis, et surtout, au moment du récit, "Grand Orient", c'est-à-dire l'autorité suprême de la Secte pour la France (oui, dans ce livre, "Grand Orient" désigne avant tout un titre, une dignité, et non une obédience en particulier). Pour l'anecdote, elle se retrouvera aussi en compagnie de Jules Ferry , ou de Georges Clémenceau, parmi d'autres républicains laïques, pardon, disciples de la Bête, lors de ses initiations.+Commencent alors quelques mois de travail en coulisses, auprès des grands de ce monde, afin de faciliter l'emprise de la Secte sur le monde moderne. En véritable espionne et assassin professionnel, et sous diverses identités, Clotilde parcourt l'Europe, rencontre les futurs chefs d'États, mène des hommes à la ruine ou dans son lit, et en tue même quelques uns. Elle entretiendra par exemple une liaison (une parmi d'autres, car les mœurs dans ce milieu sont particulièrement dévoyées, c'est bien connu) avec nul autre que [[https://en.wikipedia.org/wiki/James_A._Garfield|James A. Garfield]], le futur président des États-Unis, et surtout, au moment du récit, "Grand Orient", c'est-à-dire l'autorité suprême de la Secte pour la France (oui, dans ce livre, "Grand Orient" désigne avant tout un titre, une dignité, et non une obédience en particulier). Pour l'anecdote, elle se retrouvera aussi en compagnie de [[https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Ferry|Jules Ferry]], ou de [[https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Clemenceau|Georges Clemenceau]], parmi d'autres républicains laïques, pardon, disciples de la Bête, lors de ses initiations.
  
 Peu à peu, en gravissant les échelons de la hiérarchie, Clotilde, devenue enfin "la Nymphe de la Nuit", c'est-à-dire l'élue du Dragon, découvre l'incroyable réalité derrière le culte : ce Dragon, dont l'effigie de marbre blanc trône dans chaque Loge, n'est pas qu'une idole silencieuse... Non seulement elle peut parler, mais il lui arrive aussi de s'animer, véritablement, et de changer d'apparence au gré de son humeur. Le Diable existe donc, force tout à fait concrète et lumineuse, et l'internationale maçonnique est son écrin ! Clotilde arrivera-t-elle finalement à se défaire de la fascination que l'Esprit exerce sur elle ? Retrouvera-t-elle le chemin du vrai Seigneur ? Peu à peu, en gravissant les échelons de la hiérarchie, Clotilde, devenue enfin "la Nymphe de la Nuit", c'est-à-dire l'élue du Dragon, découvre l'incroyable réalité derrière le culte : ce Dragon, dont l'effigie de marbre blanc trône dans chaque Loge, n'est pas qu'une idole silencieuse... Non seulement elle peut parler, mais il lui arrive aussi de s'animer, véritablement, et de changer d'apparence au gré de son humeur. Le Diable existe donc, force tout à fait concrète et lumineuse, et l'internationale maçonnique est son écrin ! Clotilde arrivera-t-elle finalement à se défaire de la fascination que l'Esprit exerce sur elle ? Retrouvera-t-elle le chemin du vrai Seigneur ?
  
-Voilà pour l'histoire. C'est rocambolesque, absurdement irréaliste, de mauvais goût et très simpliste (narration sans surprise, longs passages descriptifs parfois pesants, psychologie des personnages au ras des pâquerettes). Et pourtant, à cause de tout ça justement, c'est amusant comme tout à lire.+==== La République mariée à Satan ! ==== 
 + 
 +{{ :divers:eluedudragondetail.jpg?400|}}Voilà pour l'histoire. C'est rocambolesque, absurdement irréaliste, de mauvais goût et très simpliste (narration sans surprise, longs passages descriptifs parfois pesants, psychologie des personnages au ras des pâquerettes). Et pourtant, à cause de tout ça justement, c'est amusant comme tout à lire.
  
 D'abord grâce au style, très ampoulé, très maniéré, avec de délicieuses tournures qui font très "début de siècle", même à l'époque de sa publication. Voici par exemple comment se termine la première rencontre entre le Haut Dignitaire qu'est James Garfield (le futur président des États-Unis, donc) et la jeune Clotilde : D'abord grâce au style, très ampoulé, très maniéré, avec de délicieuses tournures qui font très "début de siècle", même à l'époque de sa publication. Voici par exemple comment se termine la première rencontre entre le Haut Dignitaire qu'est James Garfield (le futur président des États-Unis, donc) et la jeune Clotilde :
Ligne 41: Ligne 43:
 <blockquote>Furthermore, I present evidence to support the notion that Baxter is a smaller entity operating within a bigger aggregate of entities that belong to an international organised crime group, which I maintain can be identified with the group known informally as “The Illuminati”. <blockquote>Furthermore, I present evidence to support the notion that Baxter is a smaller entity operating within a bigger aggregate of entities that belong to an international organised crime group, which I maintain can be identified with the group known informally as “The Illuminati”.
  
-    I allege there is evidence the US “Illuminati”-controlled government plans to release the bird flu on the US population in the near future (...).+I allege there is evidence the US “Illuminati”-controlled government plans to release the bird flu on the US population in the near future (...).
  
-    I suggest the notion that Austria has a “state within a state” or a “secret army” , a group of agents who act on the orders of Illuminati and who have annexed key positions in Austrian government and authorities, and who provide cover that allows Baxter and Avir to operate more or less outside the law. I allege that persons in charge of the Austrian mainstream media are part of the cover up of this crime syndicate.+I suggest the notion that Austria has a “state within a state” or a “secret army” , a group of agents who act on the orders of Illuminati and who have annexed key positions in Austrian government and authorities, and who provide cover that allows Baxter and Avir to operate more or less outside the law. I allege that persons in charge of the Austrian mainstream media are part of the cover up of this crime syndicate.
  
-    I present evidence that the “Illuminati” have planned the current global financial collapse to enrich themselves, and they are now using the relatively inexpensive and efficient weaponised bird flu as part of a pre meditated plan to eliminate huge numbers of their robbed victims before these can regroup and obtain retribution. +I present evidence that the “Illuminati” have planned the current global financial collapse to enrich themselves, and they are now using the relatively inexpensive and efficient weaponised bird flu as part of a pre meditated plan to eliminate huge numbers of their robbed victims before these can regroup and obtain retribution.((Extraits tirés de l'article Charges filed against Baxter and Avir, sur le premier blog de Burgermeister.)
- +</blockquote>
-    (Extraits tirés de l'article Charges filed against Baxter and Avir, sur le premier blog de Burgermeister.)</blockquote>+
  
 La croisade anti-vaccins de Burgermeister, aux relents donc pour le moins conspirationnistes, a été répercutée très vite sur le web, de blogs en forums et en sites d'actualités, à partir de fin avril. Pour sûr ! Une "journaliste d'investigation" qui porte plainte contre le FBI, contre Barak Obama, contre les banquiers Rockfeller et de Rodschild, contre les labos pharmaceutiques, contre l'OMS, etc., voilà qui ne passe pas inaperçu.  La croisade anti-vaccins de Burgermeister, aux relents donc pour le moins conspirationnistes, a été répercutée très vite sur le web, de blogs en forums et en sites d'actualités, à partir de fin avril. Pour sûr ! Une "journaliste d'investigation" qui porte plainte contre le FBI, contre Barak Obama, contre les banquiers Rockfeller et de Rodschild, contre les labos pharmaceutiques, contre l'OMS, etc., voilà qui ne passe pas inaperçu. 
 +
 +|{{:divers:eugenicsandpandemics.png?400|}}|
 +|L'article d'avril 2009 de Burgermeister sur son blog "BirdFlu666"|
  
 On notera d'ailleurs l'évolution de la plate-forme d'expression de Burgermeister : elle ouvre son blog en avril 2009, à l'adresse très explicite http://birdflu666.wordpress.com ("birdflu", c'est-à-dire la grippe aviaire, et 666, le chiffre de la Bête - tout est dit). A la mi-août, le contenu est exporté à une autre adresse, beaucoup plus "passe-partout" : http://www.theflucase.com/ ("theflucase" : le dossier de la grippe) et dont autant la mise en page que les gros titres laissent désormais de côté la désignation trop explicite des vrais coupables. On notera d'ailleurs avec amusement la manière dont l'auteure oriente rien qu'un tout petit peu les actualités dont elle rend compte, par exemple dans le titre choisi pour mentionner les récentes déclarations du ministre de l'éducation en France, Luc Chatel, à propos des projets de son ministère si l'épidémie de grippe venait à se répandre à la rentrée : //"French Minister prepares to close all schools because of “swine flu” pandemic as country enters martial law"// (la loi martiale instaurée en France ! Rien que ça !). On notera d'ailleurs l'évolution de la plate-forme d'expression de Burgermeister : elle ouvre son blog en avril 2009, à l'adresse très explicite http://birdflu666.wordpress.com ("birdflu", c'est-à-dire la grippe aviaire, et 666, le chiffre de la Bête - tout est dit). A la mi-août, le contenu est exporté à une autre adresse, beaucoup plus "passe-partout" : http://www.theflucase.com/ ("theflucase" : le dossier de la grippe) et dont autant la mise en page que les gros titres laissent désormais de côté la désignation trop explicite des vrais coupables. On notera d'ailleurs avec amusement la manière dont l'auteure oriente rien qu'un tout petit peu les actualités dont elle rend compte, par exemple dans le titre choisi pour mentionner les récentes déclarations du ministre de l'éducation en France, Luc Chatel, à propos des projets de son ministère si l'épidémie de grippe venait à se répandre à la rentrée : //"French Minister prepares to close all schools because of “swine flu” pandemic as country enters martial law"// (la loi martiale instaurée en France ! Rien que ça !).
Ligne 67: Ligne 71:
 ==== L'agape maçonnique : orgies et dépravations ==== ==== L'agape maçonnique : orgies et dépravations ====
  
-Pour finir, je ne résiste pas à la tentation de citer un dernier passage du roman, dont les éléments sont à comparer à la prose d'une Burgermeister par exemple, et qui feront certainement sourire les francs-maçons de passage sur ce site. Il s'agit de la description des agapes, à la Grande Loge des Illuminés de Paris, après une énième initiation de Clotilde :+Pour finir, je ne résiste pas à la tentation de citer un dernier passage du roman, dont les éléments sont à comparer à la prose d'une Burgermeister par exemple. Il s'agit de la description des agapes, à la Grande Loge des Illuminés de Paris, après une énième initiation de Clotilde :
  
 <blockquote>Le Festin fut plus animé que le thé. Chacun s'y entretenait librement de questions politiques et ministérielles, de certaines faillites retentissantes qui intriguaient alors l'opinion et qui avaient été provoquées par la Maçonnerie, soit en introduisant dans l'entreprise des affiliés prêts à tout, soit en lui suscitant d'écrasantes concurrences. Ainsi plus tard devaient sombrer l'Union générale, à Lyon, et la Banque de Paris. <blockquote>Le Festin fut plus animé que le thé. Chacun s'y entretenait librement de questions politiques et ministérielles, de certaines faillites retentissantes qui intriguaient alors l'opinion et qui avaient été provoquées par la Maçonnerie, soit en introduisant dans l'entreprise des affiliés prêts à tout, soit en lui suscitant d'écrasantes concurrences. Ainsi plus tard devaient sombrer l'Union générale, à Lyon, et la Banque de Paris.
  
 Enfin, comme à l'ordinaire, tout dégénéra en orgie et en dépravations indicibles. Des femmes furent introduites. Ces hommes abrutis par l'alcool, ne se possédaient plus. Garfield lui-même sombra dans cette ignoble frénésie, et ces misérables se pressaient autour de moi comme des chiens.</blockquote> Enfin, comme à l'ordinaire, tout dégénéra en orgie et en dépravations indicibles. Des femmes furent introduites. Ces hommes abrutis par l'alcool, ne se possédaient plus. Garfield lui-même sombra dans cette ignoble frénésie, et ces misérables se pressaient autour de moi comme des chiens.</blockquote>
 +
 +----
 +
 +~~LINKBACK~~
 +~~socialite~~
 +~~DISQUS~~
  • /home/gregorygig/www/data/attic/divers/eluedudragon.1512426554.txt.gz
  • Dernière modification: 2017/12/04 23:29
  • de Grégory Gutierez